La kabbale

LA KABBALE

Il est important de comprendre que dans l’Univers, tout est calculé et structuré de manière parfaite. Même ce qui peut nous sembler être une imperfection ou une injustice est voulu et mis en place dans le but de faire progresser la dimension dans laquelle l’être – ou l’essence énergétique – évolue.

 

L’ÊTRE HUMAIN ET SES SYMBOLES

L’être humain a été conçu à la ressemblance de Dieu ; cela veut dire qu’il détient en lui son environnement.

Plusieurs livres seraient nécessaires pour élaborer la philosophie de la Kabbale, c’est-à-dire l’étude intellectuelle des grands principes de l’Univers. Quoiqu’elle ne puisse jamais remplacer le travail de fond que chaque être doit faire pour découvrir son origine et pour acquérir la compréhension, clé de la Paix et du Bonheur, l’étude de la Kabbale par les livres – son aspect philosophique – peut tout de même être utile. Mais il ne faut pas perdre de vue que cette étude n’est qu’une première étape, car l’aspect le plus important de la démarche consiste à découvrir ces secrets directement, à l’intérieur de soi-même, par le biais de l’étude approfondie des états de conscience angélique. C’est ce qu’on appelle en langage commun la Kabbale pratique.

La première école de Kabbale pratique, le Kahal, vit le jour en l’an 1160 de notre ère à Gérone (région catalane, partie nord-est de l’Espagne), autour de son pilier fondateur Isaac el cec (en français : Isaac l’Aveugle, euphémisme pour « celui qui est aveuglé par sa propre lumière »).

Ses disciples élaborèrent par écrit l’application de la Connaissance dans la vie de tous les jours. Cette école s’épanouit de 1200 à 1475, période pendant laquelle l’Arbre de Vie avec les noms et les qualités des Anges et des Archanges, de même que les noms et qualités des Séphiroth, furent consignés par écrit.
En 1492, dans le cadre de l’Inquisition, les Juifs furent forcés de se convertir au catholicisme et furent expropriés sans pouvoir emporter autre chose que leurs effets personnels. Le Kahal fut alors fermé par les inquisiteurs, et tout l’ancien quartier juif de Gérone fut emmuré. Mais les descendants des Juifs de cette ville qui se convertirent au catholicisme perpétuèrent dans le secret leur tradition orale et continuèrent à vivre autour de leur quartier ancestral.

C’est ainsi que plus de 500 ans après l’expropriation, en 1975, certains d’entre eux rouvrirent le quartier emmuré et redécouvrirent les textes d’Angéiologie Traditionnelle qui avaient été cachés et scellés dans un bâtiment aujourd’hui devenu un site historique que l’on peut visiter.

La Kabbale est l’une des plus ancienne tradition sacrée. Elle aurait été transmise à Adam, le premier homme, par l’Ange RAZIEL. On dit aussi, qu’elle est une partie des Lois reçues par Moïse, transmise par voie orale.

Elle consiste en l’étude du sens caché de la Torah, composée des 5 premiers livres de la Bible. Cette étude est basée sur diverses techniques de décryptage et de permutation des lettres, qui laissent apparaître de nouveaux sens et de nouveaux contenus. Il est dit que tous les événements de l’histoire passée et future y sont mentionnés et que chacun de nous y figure.

C’est ainsi qu’en étudiant un passage particulier de l’Exode (Exo.19.21), composé de trois versets de 72 lettres chacun, les anciens kabbalistes y découvrirent le nom des 72 anges des hiérarchies célestes.

Les 72 Anges Génies de la Kabbale

En méditant et en appelant son Ange de Naissance, on active l’ouverture du Canal de Lumière ce qui permet d’accueillir la vibration de cet Ange.

Chaque Ange porte un nom mystique hébreu, lequel provoque un écho vibratoire qui agit directement sur la mémoire cellulaire ; un nombre lui est également attribué, ce dernier le situe dans la hiérarchie céleste.

De 1 à 72 – le nombre indique la densification de l’Énergie Angélique dans la conscience, dans un ordre croissant.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “La kabbale”