Réincarnation : fait réel ?

Comment savons-nous, sans doute possible, que la réincarnation est un fait réel ? Se peut-il que ceux qui le professent soient l’objet d’une illusion?
Réponse. – Le clairvoyant qui est capable de lire dans la Mémoire de la Nature a la faculté de remonter en arrière dans la vie des humains, de leur état présent à leur naissance. Il peut les suivre pendant la période de gestation jusqu’au moment où l’esprit est entré dans le sein de la mère, et à travers leur vie dans les mondes célestes. Il peut remonter en arrière plus loin encore dans tout le déroulement de leurs existences précédentes.
Dans le cas d’un adulte, l’intervalle de temps compris entre deux incarnations est généralement d’un millier d’années ou davantage, et il serait possible, s’il n’y avait pas d’autre moyen de recherche et de vérification, que cela puisse passer pour une illusion ; mais dans le cas d’enfants qui n’ont pas atteint l’âge de la puberté, l’espace de temps entre deux incarnations est relativement court.
Il est donc facile de vérifier une incarnation parmi nos propres connaissances, et ceci est, en fait, une partie de l’instruction que reçoit un disciple des Frères Aînés. On lui indique un enfant sur le point de mourir, et on lui dit de le surveiller dans les mondes invisibles pendant deux ou trois ans peut-être, de le suivre pas à pas jusqu’à ce qu’il se réincarne, ce qui se produit souvent dans la même famille.
Lorsque l’élève a ainsi suivi un Ego à travers les mondes invisibles, de la mort à une nouvelle naissance, il sait d’une façon certaine que la loi de réincarnation est un fait naturel, et il a souvent l’occasion, au cours d’autres recherches, de poursuivre des études concernant les vies antérieures d’un grand nombre d’individus.
Mais, nous dira-t-on, cette clairvoyance dont il est parlé comme moyen de recherche, n’est-elle pas en elle-même une hallucination ? Le chercheur, bien que parfaitement honnête, ne peut-il être victime d’une vision chimérique ? A cela, nous répondrons que le clairvoyant a tous les jours, à sa disposition, le moyen de vérifier ses observations. Lorsqu’un homme a visité la ville de New York, par exemple, il ne sera jamais tenté de dire : « je me demande si je ne me suis pas trompé ». Il y est allé et il le sait. Ainsi en est-il du clairvoyant. Quand il quitte son corps dense, il rencontre des gens que, dans la vie ordinaire, il ne connaît pas, et il travaille avec eux. Plus tard, il peut être amené à rencontrer ces amis du monde invisible dans la rue, à leur rendre visite dans la maison qu’il a vue d’une façon clairvoyante, les reconnaître et être reconnu d’eux. Il peut converser avec ces amis des choses qu’ils ont faites ensemble, des endroits qu’ils ont visités dans leur corps invisible, et s’il n’avait jamais eu quelque doute au sujet de la réalité de son existence en dehors du monde physique, il est dès lors définitivement convaincu de la réalité de ses expériences en dehors de son corps visible. Il sait qu’il ne peut s’être illusionné, mais que sa vie, ses travaux et ses expériences dans les mondes invisibles sont aussi réels que sa vie, ses travaux et ses expériences dans le monde physique.
MAX HEINDEL

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *